Quelques retours sur Roland Garros

Je veux vous dire le plaisir et l’émotion que j’ai eues à découvrir votre dernier ouvrage.

La personnalité de Roland Garros et de tous ces jeunes gens, héros oubliés d’une époque qui, si elle fut tragique, n’en fut pas moins grandiose, m’a grandement touchée.

Je viens de reprendre avec grand intérêt votre ouvrage précédent sur Khéops. Votre érudition toujours charge d’émotion, m’impressionne. Peut-être, aurons-nous, un jour, la possibilité d’échanger si je parviens à vous faire part des multiples questions que suscitent vos ouvrages.

N M

J’ai été intéressée de découvrir la personnalité et la courte vie de Roland Garros, le personnage de chair et d’os, dans son humanité.

Le récit est très documenté et nous fait bien réaliser l’époque dans laquelle il s’inscrit

J’ai l’impression d’avoir lu le cousin germain de De Verdun à Rio, en naviguant dans le même univers. Pas mal de symétrie dans les deux livres, même dans certaines scènes comme par exemple la scène de danse à Rio, avec la femme qui lui fait découvrir l’amour ! ou dans les modes de récit utilisés, comme le recours aux lettres…

J’ai bien aimé les citations de poèmes qui allègent et scandent le texte

Tout ce qui est raconté, en particulier à partir de la guerre, coule très bien pour la néophyte que je suis et me rend sensible tout ce vécu dramatique.

S H

Ouvrages

Tag :

Jean-Bruno Kerisel a publié quatre ouvrages de 2019 à 2022, en vente à la Fnac.

  • Une autobiographie : L’empreinte d’un frère, en 2019
  • Une rencontre entre deux artistes américains : Rothko et Kahn, en 2020
  • Un récit sur la vie son grand-père maternel qui fut le plus grand ingénieur français de la première moitié du 20ème siècle : De Verdun à Rio, Albert Caquot, itinéraires d’un génie, en 2021
  • Un récit sur la construction des pyramides : Khéops, une pyramide et des hommes, en 2022.

KHÉOPS, une pyramide et des hommes

Tag :

Quelques retours de lecteurs

Il y a dans ce livre comme élément essentiel, cette volonté partagée de trois amateurs éclairés et remarquablement informés, de nous faire partager et d’enrichir la connaissance que nous pouvons avoir d’une pyramide célèbre, notamment en la situant dans le cadre de la réalisation d’une volonté visionnaire d’un pharaon.

Continuer la lecture de « KHÉOPS, une pyramide et des hommes »

De Verdun à Rio, Albert Caquot, Itinéraires d’un génie

Tag :

Quelques retours de lecteurs:

Albert Caquot (1881-1976) n’ayant eu qu’une fille, Suzanne, son gendre Jean Kerisel avait déjà publié la biographie de ce savant, soldat et bâtisseur, en août 2001. Celui-ci était considéré comme un visionnaire par Marcel Dassault. Ici, son petit-fils Jean-Bruno, a choisi le style du roman. Il se met dans la peau d’un jeune homme imaginaire, Louis Mangin, que le destin appelle à travailler à Chalais-Meudon, avec A. Caquot, lequel lui confiera une partie de ses travaux. Nous suivons ce personnage depuis sa mobilisation en mars 1917 dans une compagnie d’aérostiers, ses courriers échangés avec les membres de sa famille, sa rencontre avec Albert Caquot qui va réorienter sa vie. Une belle histoire qui permet de créer un collaborateur et admirateur de la vie du grand homme, dans ses réalisations successives. Cela donne un moyen original d’apporter un témoignage intime sur ce savant, à travers l’œil et le cœur de son adjoint fictif, le tout avec beaucoup de poésie, de foi en la science et la religion.

Continuer la lecture de « De Verdun à Rio, Albert Caquot, Itinéraires d’un génie »

Colloque du 25 juin 2021 en mémoire d’Albert Caquot

Tag :

Intervention de Jean-Bruno

Permettez-moi, au nom des miens, d’apporter ici quelques éclairages personnels sur la vie d’Albert Caquot, mon grand-père maternel.

Ce qui le caractérise le mieux dans ma mémoire, c’est sa posture, assis devant sa table de travail, tôt le matin et tard dans la nuit, rue Beethoven à Paris, où j’allais le voir enfant, puis chez mes parents où il passa les douze dernières années de sa vie, de 1964 à 1976.

Continuer la lecture de « Colloque du 25 juin 2021 en mémoire d’Albert Caquot »